Orienter ou réorienter sa carrière : une démarche sérieuse!

Par Mélodie Brochu, conseillère d’orientation

 

Il est souvent très difficile de prendre une décision à l’égard de sa carrière ou de sa formation. Ces décisions sont importantes (changer d’employeur, s’inscrire à un programme de formation, etc.), car les enjeux qui y sont liés sont sérieux.

 

Vous ne voulez surtout pas vous tromper… Vous souhaitez évaluer toutes les possibilités… mais surtout, vous voulez vous orienter une fois pour toutes… En revanche, est-ce vraiment possible? Je répondrais : oui et non. Devant la multitude de choix possibles, la mouvance du marché du travail, les changements personnels que vous allez vivre, il est difficile de tout prévoir, de tout mesurer et de prendre une décision une fois pour toutes.

 

Toutefois, si vous vous engagez dans une démarche d’orientation, avec l’aide d’un conseiller d’orientation, sachez qu’il s’agit d’une démarche sérieuse qui vise à vous permettre de prendre la meilleure décision en fonction de qui vous êtes maintenant et de votre contexte actuel.

 

Une démarche sérieuse? Tout à fait! Allons-y étape par étape.

Les étapes d’une démarche d’orientation

  1. Mieux vous connaître;
  2. Améliorer votre estime personnelle;
  3. Mieux connaître les programmes de formation et le marché du travail;
  4. Améliorer votre capacité à prendre des décisions;
  5. Passer à l’action et amorcer le changement.
FALARDEAU, Isabelle. L’orient-expert : un guide d’orientation pour surmonter l’indécision, Septembre éditeur, Québec, 2013, 160 pages.

 

  1. Mieux vous connaître : C’est une étape attendue, à mon avis. Généralement, les individus qui veulent orienter leur carrière savent qu’ils doivent faire une pause, afin de faire le point et se poser la question suivante : qui suis-je?
  • Quels sont vos intérêts, vos aptitudes, vos compétences, vos valeurs, vos besoins et vos sources d’influences (votre famille, vos amis, etc.)?

 

  1. Améliorer votre estime personnelle : Il s’agit d’une étape beaucoup moins prévisible, mais tout aussi importante. Cette étape est plus difficile, car elle consiste à développer la confiance en son jugement et prendre conscience de sa valeur personnelle. Souvent, les gens ont de la difficulté à parler d’eux en des termes très positifs (ils ont du mal à nommer leurs qualités, car ils ont l’impression de se vanter) ou encore, ils éprouvent de la gêne à parler de leurs rêves (ex. : j’aurais toujours voulu être pianiste, mais cela est tellement irréaliste!). Pourtant, ce simple rêve d’enfant ou d’adolescent nous en dit long sur vos véritables intérêts et votre personnalité.

 

C’est également à cette étape que les différentes peurs sont abordées. Ce sont en quelque sorte les barrières que vous dressez autour de vous et qui vous empêchent d’amorcer le changement souhaité et de passer à l’action.

  • Avez-vous peur de vous tromper, de déplaire, d’échouer?

 

  1. Mieux connaitre les programmes de formation et le marché du travail : Tout comme la première étape, il s’agit, à mon avis, d’une étape attendue dans le cadre d’une démarche d’orientation. Elle consiste à évaluer le vaste monde du travail et des études.

 

  1. Améliorer votre capacité à prendre des décisions : Il s’agit d’une étape tout aussi difficile que la troisième. Elles consistent à améliorer sa capacité à prendre des décisions. La prise de décision n’est pas une mince affaire! Les gens qui souffrent d’anxiété sont d’autant plus touchés par l’indécision et peuvent plus souvent vivre de l’indécision chronique.

 

Vous reconnaîtrez vivre de l’indécision chronique si :

  • Vous réfléchissez trop ou évitez de réfléchir;
  • Recherchez compulsivement de l’information;
  • Vous avez de la difficulté à renoncer à des choix ou encore, rejetez les possibilités trop facilement;
  • Vous vous méfiez de votre intuition;
  • Vous avez du mal à tolérer le fait de ne pas savoir;
  • Vous détestez prendre des risques;
  • Vous adoptez des stratégies inefficaces pour résoudre des problèmes;
  • Vous doutez de votre capacité à prendre des décisions;
  • Vous ne supportez pas de faire des erreurs;
  • Vous revenez constamment sur votre décision;
  • Vous consultez beaucoup votre entourage et prenez vos décisions en fonction de leurs conseils.
FALARDEAU, Isabelle. Sortir de l’indécision, Québec, Septembre éditeur, 2007, p. 61-62.

 

Le fait de reconnaître vivre de l’indécision chronique est déjà un premier pas dans la bonne direction. Si cette indécision s’accompagne d’anxiété et que cette anxiété s’étend à plusieurs sphères de votre vie, il serait sage d’obtenir l’aide d’un psychologue pour apprendre à mieux la gérer.

 

Par ailleurs, votre difficulté à prendre une décision peut être passagère et simplement due au fait que les enjeux liés à votre décision sont importants (cette décision implique un investissement important de temps et d’argent, par exemple).  Vous avez peut-être trop d’options ou encore pas assez. Il n’est pas rare, non plus, qu’une personne soit prise dans un dilemme (ce programme d’étude me passionne, mais je ne peux pas m’y engager, car il est trop long).

 

Quoi qu’il en soit, votre démarche d’orientation vous aidera à remettre les choses en perspective et à prendre une décision en fonction de vos priorités.

 

  1. Passer à l’action et amorcer le changement : Ouf! Cette étape est véritablement la plus difficile, mais aussi la plus excitante. Êtes-vous de nature plus impulsive ou plus réfléchie? Avez-vous tendance à tout planifier ou à vous laisser porter par la vague? Votre manière d’être en dira long sur la manière dont vous risquez d’amorcer le changement au terme de votre démarche d’orientation. Il est préférable d’atteindre un équilibre entre l’action et la réflexion. Ne pas se précipiter et ne pas rester sur place non plus. Il est également important d’avoir un plan d’action (à court, moyen et long terme), sans, toutefois, se fermer aux opportunités qui peuvent se présenter dans le futur.

 

De plus, faire le point sur sa situation professionnelle peut également impliquer de prendre la décision de demeurer dans son emploi actuel. Cette décision est tout aussi valable qu’une autre, quoi qu’elle puisse tout de même impliquer un changement : changement dans sa manière de voir les choses, changement dans sa manière d’exprimer ses besoins au travail, etc.

 

Ces cinq étapes vous semblent laborieuses? Effectivement, s’orienter demande du travail et du temps. Une fois la démarche complétée, vous en ressortirez cependant avec une meilleure connaissance de vous-même et de nouvelles compétences qui vous seront également utiles à d’autres moments de votre vie.